Le 7 janvier , il est choisi pour remplacer Hirohisa Fujii , démissionnaire pour raisons de santé, au ministère des Finances [ 94 ]. La valeur observée pour la balance commerciale est exprimée en millions de dollars canadiens et généralement accompagnée d'un pourcentage de variation annuelle glissante. Les libéraux-démocrates remportent d'ailleurs plus d'élus 51 tandis que la coalition gouvernementale perd la majorité à la Chambre des conseillers avec désormais sièges sur Face à ces oppositions, il a finalement repoussé sa décision finale sur le fait de joindre ou non le Japon à la table des négociations pour entrer dans le TPP pour juin Trois jours plus tard, c'est son ministre des Finances, Yoshihiko Noda , qui est élu président du PDJ et, le lendemain, pour lui succéder au Kantei.

Dernières actualités


Naoto Kan peut pour sa part compter, outre son propre groupe de pression d'une cinquantaine de membre, sur le soutien total et entier de l'aile droite anti-Ozawa, et tout particulièrement des deux factions conservatrices fiscales et libérales réformatrices Maehara-Edano et Noda , qui cumulent environ cinquante parlementaires.

Le camp Kan met l'accent sur la transparence et la moralisation des pratiques politiques critiquant l'action d'Ozawa comme trop compromise par les scandales politico-financiers touchant ses proches et par sa tendance à diriger dans l'ombre , une relation plus apaisée avec les États-Unis et donc le respect de l'accord signé en juin concernant le déménagement de la base américaine de Futenma, même si Kan dit vouloir continuer à réfléchir à de nouveaux moyens d'alléger le poids militaire reposant sur les épaules d' Okinawa tout en continuant les efforts de rapprochement avec les voisins asiatiques.

Si le Premier ministre reste attaché au principe de relance de l'économie par la stimulation de la consommation intérieure, et donc par l'injection jusqu'à un certain niveau de deniers publics, il diffère d'Ozawa sur les moyens d'y parvenir préférant axer son action sur la création d'emploi et la lutte contre le travail précaire et sur les montants à engager qui selon lui doivent rester dans le cadre d'une logique de contrôle des dépenses et notamment de l'objectif de ne pas émettre plus de 44,3 billions de yens d'obligations d'État à l'année.

Les enquêtes d'opinion montrent combien le scrutin promet d'être serré, tandis que l'avantage prédit théoriquement au départ à Ozawa au sein des parlementaires étant donné le poids de sa propre faction et de celle de Hatoyama se révèle au fur et à mesure de moins en moins net.

Une autre étude, réalisée au même moment par le Yomiuri Shimbun , montre un écart encore plus serré avec environ députés et conseillers pour chacun des deux candidats et environ 90 indécis. Un sondage du Sankei Shimbun montre de plus un certain avantage de Kan parmi les élus locaux: Plus tard, l'écart à la Diète se réduit encore plus selon le Mainichi dans une nouvelle enquête publiée le 8 septembre , moins d'une semaine avant le vote: De plus, Naoto Kan semble regagner une certaine faveur au sein de l'opinion publique qui s'était légèrement détournée de lui et de son gouvernement durant la campagne de juin et juillet.

Tout d'abord, l'élection le 8 août au poste de gouverneur de la préfecture de Nagano du candidat du PDJ Shuichi Abe contre celui du PLD et vice-gouverneur sortant Yoshimasa Koshihara est présentée par la presse et les analystes politiques comme le signe d'un regain de la majorité, du parti et plus particulièrement de sa direction dont plusieurs membres s'étaient directement investis dans la campagne de Abe [ ] , [ ].

Les sondages, qui avaient vu la popularité du gouvernement Kan vite chuter après sa mise en place, montrent à la suite de cette victoire locale une remontée légère de son taux d'approbation: Naoto Kan est ainsi confirmé comme président du PDJ et Premier ministre , et ce normalement pour un mandat plein de deux ans.

Trois jours après sa réélection, le 17 septembre , il remanie profondément son gouvernement. Sur les 17 ministres sortants, seuls 7 sont maintenus, dont un, Seiji Maehara , changeant d'affectation en passant du ministère du Territoire à celui des Affaires étrangères. Et parmi les nouveaux arrivants, le nombre de partisans de Kan se retrouve renforcé avec un membre du groupe Noda supplémentaire Sumio Mabuchi au ministère du Territoire et deux membres de sa propre faction Ritsuo Hosokawa à la Santé et Tomiko Okazaki à la tête de la Commission de sécurité publique, alors qu'il n'avait auparavant, en dehors de Kan, qu'un seul membre de son groupe de pression.

Sinon, la presse remarque l'entrée au Cabinet du premier non parlementaire membre d'une administration démocrate exception faite de Keiko Chiba après sa défaite à l'élection à la chambre haute de juillet , à savoir Yoshihiro Katayama , ancien gouverneur réformateur de la préfecture de Tottori et membre d'aucun parti, aux Affaires intérieures.

Ce remaniement semble bien accepté par l'opinion publique, avec des sondages montrant des taux de satisfaction supérieurs à ceux obtenus par le gouvernement initial de Naoto Kan formé en juin.

Or, les analystes économiques estiment qu'un taux inférieur à 90 yens le dollar risque de handicaper gravement les exportations japonaises. Pour faire face à cette situation, et fort de sa récente réélection à la tête du PDJ , Naoto Kan et son gouvernement décident d'intervenir le 15 septembre , et de manière unilatérale, sur les marchés pour la première fois depuis mars Lors d'une conférence de presse le jour même, le Premier ministre juge cette intervention concluante, estimant que: La semaine suivante, il justifie cette décision en marge de l' Assemblée générale des Nations unies à New York: Naoto Kan confirme ce tournant de la politique monétaire japonaise lors de son discours d'inauguration de la session parlementaire du 1 er octobre La lutte contre la déflation devient ainsi une priorité gouvernementale, déclarant: Il envisage clairement de nouvelles interventions, annonçant que: Dès le 27 septembre , il avait également demandé à son Cabinet et aux membres de la majorité de négocier avec l'opposition pour préparer un nouveau plan de relance cette fois-ci basé sur un budget supplémentaire pour l'année fiscale afin de renforcer les efforts contre la déflation, tout en n'émettant pas de nouvelles obligations d'État [ ].

Ce projet est finalement présenté par le gouvernement le 8 octobre Son montant total est de 5,09 billions de yens soit environ 44 milliards d' euros , le minimum requis par la plupart des forces d'opposition mais moins que ce que demandait le partenaire de coalition des démocrates , le NPP , financé par un budget supplémentaire de 4,4 billions de yens provenant essentiellement des économies réalisées pour l'année fiscale environ 2,2 billions de yens et de l'augmentation des revenus fiscaux en également à hauteur de 2,2 billions , à quoi s'ajoute la réserve prévue dans le budget initial.

Cela permet de ne vendre aucune nouvelle obligation d'État, la première fois depuis qu'un budget supplémentaire ne génère pas de dette supplémentaire. Le projet de budget supplémentaire est voté par la Chambre des représentants le 16 novembre , ce qui implique d'ores et déjà son adoption sous trente jours même si la Chambre des conseillers le rejette le choix de la chambre basse à la majorité absolue ayant la prévalence pour les questions budgétaires [ ].

Ce plan étend également les aides aux personnes qui élèvent des enfants par le biais de nouvelles prestations sociales, augmente les subventions publiques pour la rénovation et les travaux d'amélioration de l'efficacité énergétique des logements et prévoit de subventionner l'installation de panneaux solaires.

Il est formellement adopté par le Cabinet le 26 octobre [ ]. Quoi qu'il en soit, après s'être stabilisé aux alentours de 85 yens le dollar pendant les deux dernières semaines de septembre, le taux de change de la monnaie japonaise par rapport à la devise américaine repart de nouveau à la baisse au début du mois d'octobre dans un contexte de risque de guerre des monnaies avec des actions concurrentes de la part des États-Unis , de la Chine et de la Corée du Sud: Naoto Kan réagit vivement à cette situation, affirmant que: Le 13 décembre , Naoto Kan approuve officiellement et présente le projet de réforme fiscale pour l'année préparé par l'équipe de réflexion qu'il avait formé dès son arrivée au pouvoir en juin et confié à son ministre des Finances Yoshihiko Noda.

Le but de cette mesure est encore une fois de lutter contre la déflation, promouvoir la croissance économique en soutenant l'investissement intérieur et améliorer la situation de l'emploi. Pour contrer le manque à gagner en revenus fiscaux généré estimée à une hauteur de 1,5 billions de yens , le gouvernement espère sécuriser milliards de yens par le biais de négociations entre le METI et les entreprises sur la révision de niches fiscales, et milliards de yens par l'augmentation des droits de succession.

Le projet prévoit également d'accélérer la réflexion pour une révision plus vaste du système fiscal, et notamment sur le problème de la taxe à la consommation [ ]. Le même jour, des activistes taïwanais tentent de manifester autour de l'archipel afin de montrer leur soutien aux revendications de leur pays sur ces îles [ ]. Le 19 septembre , à la suite de la prolongation de dix jours de la détention du capitaine, la Chine annonce la suspension de tous ses contacts à haut niveau avec le Japon: Des réunions de haut niveau sont alors annulées, ainsi que des voyages touristiques chinois au Japon et japonais en Chine, et les concerts du groupe japonais SMAP en octobre à l' Exposition universelle de à Shanghai [ ].

Et, le 23 , quatre Japonais sont arrêtés en Chine, accusés d'avoir filmé des installations militaires dans la province du Hebei [ ]. La nomination de Seiji Maehara au ministère des Affaires étrangères semble indiquer que Naoto Kan veut traiter la question avec fermeté Maehara s'étant fait connaître par le passé pour ses déclarations sévères à l'égard de la République populaire de Chine. Mais le Japon, tout en réaffirmant sa souveraineté sur les îles Senkaku , adopte plutôt une attitude pragmatique et allant dans le sens de la conciliation.

Ainsi, le 24 septembre , alors que son procès est prévu cinq jours plus tard, le capitaine chinois est relâché, tandis que le même jour la Chine décide de réduire fortement ses exportations de terres rares , minerais dont elle est le principal producteur mondial et dont le Japon est l'un des plus gros client [ ] , [ ]. Les autorités judiciaires okinawaïennes déclarent alors: Cet incident résulte d'une action décidée sur le vif, alors que le capitaine tentait d'échapper au patrouilleur des garde-côtes.

Le 27 septembre , c'est au tour du Japon de demander réparation pour les dommages occasionnés par le bateau chinois sur les patrouilleurs japonais [ ].

Trois jours plus tard, trois des quatre Japonais arrêtés en Chine sont relâchés [ ]. Afin de résoudre ces disputes territoriales et réaffirmer l'importance de bonnes relations entre les deux pays, un entretien de quinze minutes est organisé au dernier moment entre Naoto Kan et son homologue chinois Wen Jiabao , en marge du sommet du dialogue Asie-Europe à Bruxelles le 4 octobre Toutefois, le gouvernement chinois annonce le 29 octobre refuser ce face à face, invoquant la position jugée trop offensive du ministre des Affaires étrangères Seiji Maehara et une intervention de la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton , qui a déclaré que la question du contrôle japonais des îles Senkaku faisait partie des champs d'action du traité de sécurité nippo-américain [ ].

Kan et Wen se parlent toutefois dans un court entretien de dix minutes le lendemain [ ]. Dans le cadre du sommet de l' APEC de Yokohama des 13 et 14 novembre , Naoto Kan rencontre le président chinois Hu Jintao pendant 22 minutes, menant ainsi la première discussion bilatérale officielle entre les deux États depuis le début de la crise diplomatique.

Les deux hommes affirment leur volonté de faciliter le retour à une relation plus stable, tandis que la Chine assure le Japon d'un retour à un approvisionnement normal en terres rares ou qu'il continuerait à respecter l'accord de concernant l'exploitation commune du champ de gaz de Chunxiao-Shirakaba en mer de Chine orientale [ ].

À côté de ces tentatives d'amélioration des relations, Naoto Kan prend plusieurs positions en faveur du renforcement du respect des droits de l'Homme en Chine en octobre En effet, il salue l'attribution du prix Nobel de la paix au dissident Chinois emprisonné Liu Xiaobo le 8 octobre , et déclare à ce titre que les droits de l'Homme: Le 14 octobre , il lance un appel officiel à sa libération [ ]. Les attaques du PLD en la matière se font encore plus violentes après la visite du président russe Dmitri Medvedev aux îles Kouriles revendiquées par le Japon le 1 er novembre , une première pour un chef d'État russe depuis Le député Masaaki Taira interpelle ainsi le Premier ministre lors d'une séance de la Commission du budget de la Chambre des représentants: N'est-il pas vrai que d'autres Nations considèrent que ce gouvernement n'est pas réellement concernée par la défense nationale et du territoire?

Après l'émergence de la Russie à la suite de l'éclatement de l'ancienne Union soviétique, son énergie qui était auparavant dirigée vers l'Ouest a commencé à se tourner en direction de l'Est et elle a commencé à redoubler d'efforts pour construire des infrastructures en Extrême Orient. Deux des ministres de Naoto Kan son Secrétaire général du Cabinet Yoshito Sengoku , qui a été très actif dans la crise diplomatique avec la Chine , et le ministre des Transports Sumio Mabuchi font l'objet le 26 novembre d'une motion de censure non contraignante, car votée par la seule Chambre des conseillers contrôlée par l'opposition déposée par le PLD pour critiquer leur gestion du dossier de la collision, renforçant la pression politique exercée sur le gouvernement Kan tandis que les libéraux-démocrates menacent de boycotter toutes les séances à la Diète où Sengoku et Mabuchi seraient présents tant qu'ils n'auraient pas démissionné [ ].

Confronté au tarissement des importations de terres rares venant de Chine , le chef du gouvernement japonais s'attache à trouver de nouvelles relations bilatérales afin de pallier les effets de la tension avec cette dernière.

À chaque fois il s'agit de trouver des sources d'approvisionnement en matières premières en échange de partenariats technologiques renforcés notamment dans le domaine du nucléaire civil.

Ainsi, le 2 octobre , il s'accorde avec le Premier ministre mongole Sükhbaataryn Batbold pour obtenir la priorité des exportations de terres rares de ce pays d'Asie centrale en échange d'aides technologiques du Japon pour la recherche de métaux [ ]. Dans le même temps, un rapprochement s'opère aussi avec l' Inde. Les deux hommes s'accordent de plus pour adopter des positions communes à l'égard de la République populaire de Chine , avec laquelle l' Inde a également des conflits territoriaux [ ].

Dans le même but, l'administration de Naoto Kan s'oriente aussi vers des pays africains tels que le Botswana [ ]. Cette tendance à trouver de nouveaux partenaires commerciaux pousse finalement Naoto Kan à prendre une posture résolument libre-échangiste. Il a notamment affirmé sa volonté de lancer ou relancer plusieurs projets, notamment d'un accord de partenariat économique APE avec l' Union européenne lors d'une rencontre avec le président du Conseil européen Herman Van Rompuy en marge du G20 de Séoul le 12 décembre [ ] , ou de discussions de libre-échange avec la Corée du Sud à l'occasion d'une réunion bilatérale avec le président Lee Myung-bak qui lui aussi mène une politique d'ouverture des marchés de son pays [ ].

Président de l' APEC pour et donc organisateur du sommet annuel de cette organisation devant se tenir les 13 et 14 novembre à Yokohama , il annonce vouloir poser officiellement lors de ce sommet la candidature du Japon pour intégrer l' Accord de partenariat économique stratégique trans-pacifique , ou Trans-Pacific Partnership TPP , qui prévoit d'éliminer toutes les barrières douanières existant entre ses membres d'ici dix ans.

Face à ces oppositions, il a finalement repoussé sa décision finale sur le fait de joindre ou non le Japon à la table des négociations pour entrer dans le TPP pour juin Quoi qu'il en soit il participe en tant qu'observateur à la réunion entre pays membres et candidats au TPP tenue en marge du sommet de l' APEC le 14 novembre [ ]. Alors que les relations du précédent gouvernement japonais étaient plutôt tendues avec l' administration Obama en raison de l'affaire du déménagement de la base de Futenma et plus normales avec Pékin , l'inverse semble alors se produire avec le Cabinet de Naoto Kan qui au contraire se rapproche de Washington en raison de nouveaux intérêts communs.

En effet, tous deux militent en faveur d'une évolution vers un abaissement des barrières douanières dans la région Asie-Pacifique ou se retrouvent dans les discussions du G20 sur les questions touchant au Forex , au niveau bas du yuan chinois et le risque de guerre des monnaies.

Le 13 novembre , lors d'une rencontre bilatérale au premier jour du sommet de l' APEC de Yokohama avec le président américain , ce dernier déclare soutenir non seulement l'initiative de Kan concernant le TPP, mais également la candidature du Japon pour rejoindre les membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies ainsi que la position de l'archipel dans ses conflits territoriaux avec la Chine et la Russie [ ] , [ ].

Les deux dirigeants se mettent d'accord à la même occasion pour ouvrir des pourparlers de haut niveau sur les énergies et les ressources du Dialogue sur la politique d' énergie propre lancé entre les deux États [ ].

Ce rapprochement entre les deux pays se fait d'autant plus sentir après le bombardement de l'île sud-coréenne de Yeonpyeong par la Corée du Nord le 23 novembre , Naoto Kan autant que l' administration Obama condamnant fermement l'attaque et soutenant Séoul.

Il déclare en plus le 29 novembre suivant: Le 6 décembre , son ministre des Affaires étrangères Seiji Maehara rencontre la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton et le chef de la diplomatie sud-coréenne Kim Sung-hwan dans le cadre d'un sommet trilatéral à Washington pour discuter du bombardement et du programme nucléaire de la Corée du Nord [ ].

Dans ce contexte, Naoto Kan réaffirme la nécessité de la coopération nippo-américaine en matière de sécurité. Le nouveau programme quinquennal de la stratégie de défense nationale, présenté au public le 17 décembre , prévoit une réorganisation qui se concentre avant tout vers les menaces supposées de la Corée du Nord mais aussi de la Chine [ ]. La répartition de ces troupes est également remaniée afin de mieux répondre aux nouveaux enjeux géostratégiques de la région: Et alors que le précédent gouvernement avait décidé le 17 décembre de ne pas allouer de budget nécessaire pour l'année fiscale à l'implantation de missiles surface-air MIM Patriot Advanced Capability 3 PAC-3 dans trois bases supplémentaires au Japon d'ici à 5 ans dans le cadre du bouclier antimissile développé conjointement avec les États-Unis et qui prévoit d'ici à que 11 bases japonaises soient équipées de ce type de missile , le nouveau programme quinquennal préparé par l'administration Kan envisage de faire passer le nombre de ces bases de trois à six en cinq ans et d'équiper l'ensemble de ses six destroyers Aegis de ce type de missile contre seulement quatre en De plus, Naoto Kan se rend pour la première fois le 17 décembre sur l'île d' Okinawa afin de convaincre la population locale du bien-fondé de l'accord signé en mai précédent pour le déménagement de la base américaine de Futenma, offrant ses excuses pour l'échec de la majorité d'obtenir le départ des troupes américaines hors de la préfecture comme initialement prévu et proposant des contreparties financières.

Toutefois, le gouverneur d' Okinawa , Hirokazu Nakaima , récemment réélu sur un programme anti-base, renouvelle son opposition à cet accord [ ]. Le 3 décembre , la session extraordinaire de la Diète ouverte en octobre précédent est close. Les analystes politiques et médias s'accordent pour dire que cette session, du fait notamment du contrôle par l'opposition de la Chambre des conseillers et l'absence d'une majorité des deux-tiers à la Chambre des représentants qui aurait permis au gouvernement de passer outre la chambre haute, n'a passé aucun texte important.

S'il a réussi à faire voter son budget supplémentaire pour l'année , Naoto Kan a dû renoncer à faire voter lors de cette session plusieurs projets de loi en attente parfois depuis l'époque du gouvernement Yukio Hatoyama comme la réforme postale ou d'autres qu'il avait lui-même personnellement initié comme la ratification de l'accord passé avec la Corée du Sud pour la restitution à cette dernière de documents historiques [ ].

Il se donne notamment jusqu'à juin pour que le Cabinet présente son agenda officiel concernant deux des projets phares de ce nouveau discours: Afin de symboliser ce changement d'objectifs, Naoto Kan opère le 14 janvier à un deuxième remaniement de son gouvernement. Devenu ministre d'État à la Politique économique et fiscale ainsi qu'à l'Égalité des sexes dans le gouvernement Kan, il a quitté la veille le parti d'opposition Tachiagare Nippon qu'il coprésidait et avait contribué à fonder en avril avec Takeo Hiranuma à la suite de sa dissidence du PLD.

Parmi les autres modifications majeures figurent l'arrivée au ministère de la Justice de Satsuki Eda , allié de longue date de Naoto Kan et opposant historique à la peine de mort, tandis que le départ du gouvernement des deux ministres qui avaient été frappés par la motion de censure de la Chambre des conseillers , le Secrétaire général du Cabinet Yoshito Sengoku qui obtient en échange la présidence déléguée du PDJ , et est remplacé par un autre membre de sa faction, Yukio Edano et le ministre du Territoire Sumio Mabuchi , témoignent d'une volonté d'ouvrir la session ordinaire du début dans un contexte plus conciliant à l'égard de l'opposition afin de tenter de faciliter l'adoption du budget pour l'année fiscale et des projets de loi qui y sont liés [ ].

Par la suite Naoto Kan, secondé par le secrétaire général du PDJ Katsuya Okada , tente de pousser Ozawa , qui se montre de plus en plus réticent à honorer cette promesse, à s'exécuter le plus tôt possible, surtout après sa mise en examen pour violation de la loi de contrôle des fonds politiques le 31 janvier [ ].

La ligne de la direction du parti à l'égard de son ancien dirigeant se montre alors de plus en plus ferme. Le remaniement du gouvernement n'a pas apaisé l'opposition. Or, ces deux derniers textes ne peuvent être passés en force par la chambre basse après un refus de la chambre haute qu'avec une majorité des deux-tiers que le PDJ ne peut atteindre avec le seul soutien du NPP [ ].

Devant cette absence d'alternative, et la fronde de 16 parlementaires pro-Ozawa, Naoto Kan sous-entend le 22 février qu'il risque de n'avoir bientôt d'autre solution que de dissoudre la Chambre des représentants et d'appeler à des élections anticipées [ ]. Malgré ces incertitudes et les appels de l'opposition en faveur d'une dissolution, la majorité lance le processus d'adoption parlementaire du projet de budget pour et des autres textes associés.

Naoto Kan fait mobiliser dès le 11 mars une partie des navires des FAD , et une cellule de crise est mise en place. Le gouverneur de la préfecture de Miyagi demande le même jour que les forces terrestres d'autodéfense soient aussi mobilisées [ ]. En raison de problèmes de communication entre le gouvernement et la Tokyo Electric Power Company TEPCO qui gère les centrales de Fukushima [ ] , le Premier ministre annonce la mise en place d'un quartier général commun le 15 mars [ ].

Et il réorganise son équipe en vue de la gestion des événements. L'ancien secrétaire général du Cabinet et nouveau président délégué du PDJ Yoshito Sengoku est rappelé au gouvernement le 17 mars pour venir renforcer l'équipe s'occupant des conséquences du séisme, devenant l'un des trois secrétaires généraux adjoints [ ].

L'autre personnalité qui avait également fait les frais du remaniement du 14 janvier précédent, l'ancien ministre du Territoire Sumio Mabuchi , revient également le 26 mars comme conseiller spécial auprès du Premier ministre , où il côtoie désormais également Hirohisa Fujii qui a abandonné sa fonction de secrétaire général adjoint du Cabinet pour celle-ci le 17 mars et l'ancienne sociale-démocrate Kiyomi Tsujimoto nommée le 13 mars Le secrétaire général du Cabinet , Yukio Edano apparaît régulièrement dans les médias ou via Twitter [ ] pour communiquer sur la situation, Naoto Kan n'intervenant pas publiquement, pour sa part, pendant la semaine du 18 au 25 mars [ ].

Le chef du gouvernement se fait remarquer de son côté en survolant, dès le lendemain de la catastrophe le 12 mars , la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi , puis se rend pour la première fois dans les zones sinistrées le 2 avril suivant [ ].

Le Premier ministre fait également entrer, toujours le 27 juin , dans l'équipe de ses collaborateurs directs un autre poids lourd de sa majorité, le président du NPP , Shizuka Kamei , à la place de Sumio Mabuchi [ ]. Naoto Kan tente également de coordonner les actions de la majorité et de l'opposition pour l'effort de reconstruction, proposant notamment de confier un portefeuille chargé de cette question ainsi que le titre de Vice-Premier ministre au président du PLD Sadakazu Tanigaki.

Si celui-ci annonce le 13 mars que des discussions ont débuté entre son mouvement et le PDJ en vue de l'adoption d'un budget supplémentaire pour financer les mesures d'urgences [ ] , il rejette le 19 mars tout comme le font le même jour d'autres partis d'opposition son entrée au Cabinet [ ]. L'idée d'une coalition réunissant les partis de l'opposition et de la majorité est rediscutée au début du mois d'avril [ ] , mais Sadakazu Tanigaki demande comme prérequis la démission du Premier ministre [ ].

Le gouvernement de Naoto Kan annonce le 26 mars vouloir couvrir la plupart des dépenses de la reconstruction devant échoir aux collectivités locales.

La modalité de la levée des financements par l'État pose problème. L'émission d' emprunts d'État par le Japon et le rachat de ceux-ci par la banque du Japon , solution déjà employée dans les années pour sortir le Japon de la crise économique , est rejetée par le gouverneur de celle-ci Shirakawa Masaaki. L'opération, autorisée sous certaines conditions par la Diète , saperait selon lui la confiance des marchés pour le yen et provoquerait à terme une hausse de l' inflation [ ].

La levée d'impôts supplémentaires est rejetée par plusieurs parlementaires de la majorité comme de l'opposition par crainte, en période de déflation , d'une baisse de la consommation [ ]. À la place, certaines mesures promises dans le budget ou les promesses électorales de , comme la baisse de l' impôt sur les sociétés , la gratuité des autoroutes [ ] , ou l'extension des aides à l'éducation des enfants [ ] sont remises en question.

Dans le budget pour l'année finalement adopté le 29 mars malgré le vote négatif, comme prévu, de la Chambre des conseillers , une enveloppe de 1, billions de yens est prévue pour financer la reconstruction, et le gouvernement de Naoto Kan travaille alors sur un premier programme de 2 billions de yens [ ]. Ce premier budget supplémentaire atteint finalement 4, billions de yens 49,31 milliards de dollars américains , financé sans la vente d'obligations supplémentaires mais par l'utilisation de fonds initialement prévus pour d'autres dépenses comme l'augmentation de l'allocation d'aide à l'éducation des enfants jusqu'au collège, remise à plus tard.

Il est adopté le 30 avril par la Chambre des représentants et le 2 mai suivant par la Chambre des conseillers , avec le soutien de l'opposition. Par la suite, le gouvernement s'est engagé dans la préparation d'une loi fondamentale fixant un plan général pour la reconstruction adoptée le 20 juin et d'un second budget extraordinaire.

Plus modeste que le précédent 1, billions de yens , ou 25,5 milliards de dollars américains , il est voté par les députés le 20 juillet et par les conseillers cinq jours plus tard, réussissant une nouvelle fois à échapper à de nouvelles émissions d'obligations d'État pour être financé [ ]. Dans le même temps, l'administration Kan affirme sa volonté de continuer sa réflexion sur la réforme fiscale et de la sécurité sociale [ ].

Après s'être accordé un délai supplémentaire au-delà de la date butoir du 20 juin qu'il s'était initialement fixé, Naoto Kan présente officiellement le 30 juin le projet de réforme de la fiscalité et de la sécurité sociale finalement adopté par son gouvernement.

À la suite de l' accident nucléaire de Fukushima , l'État japonais décide en avril de geler toute nouvelle construction de centrale nucléaire. Pour y parvenir, il est notamment prévu que le gouvernement fixe des prix auxquels les services publics du secteur doivent acheter l'énergie provenant de productions géothermiques, solaires ou éoliennes à des taux supérieurs à ceux du marché, tandis que ces mêmes organismes sont poussés à se fournir en électricité auprès de prestataires extérieurs, tels des coopératives et des entreprises privées, afin de limiter leurs positions monopolistiques [ ].

Il est voté par la Chambre des représentants le 23 août [ ] et par la Chambre des conseillers trois jours plus tard. Le 6 juillet , Naoto Kan annonce l'organisation de stress tests sur tous les réacteurs du Japon avant d'autoriser la réouverture de ceux arrêtés depuis le séisme et l'accident de Fukushima, dans le but de rassurer la population.

Il prend alors à contrepied un rapport du mois précédent de l' Agence japonaise de sûreté nucléaire NISA qui affirmait que tous les sites ayant fait l'objet d'inspections régulières étaient sûrs, ainsi que la position de son ministre de l'Économie, du Commerce et de l'Industrie Banri Kaieda , qui milite alors au contraire auprès des collectivités locales disposant de centrales pour qu'elles en autorisent certaines à se remettre en activité, ceci afin d'éviter de trop fortes pénuries d'électricité pendant l'été.

Kaieda avait notamment obtenu le 4 juillet , soit seulement deux jours avant l'annonce du Premier ministre , une déclaration de la municipalité de Genkai dans la préfecture de Saga en faveur de la réouverture de la centrale nucléaire de cette commune [ ]. Il s'ensuit une véritable confusion au sein des autorités locales ou nucléaires, qui déclarent ne plus savoir quels ordres suivre tandis que le maire de Genkai critique fermement ce qu'il voit comme un revirement de la position du gouvernement, et Naoto Kan doit s'excuser devant son conseil des ministres le 8 juillet , reconnaissant que: Finalement, le 11 juillet suivant, le Cabinet propose un programme de révision de sécurité en deux étapes, avec tout d'abord une vérification des unités arrêtées, puis de celles toujours en opérations [ ].

Le gouvernement fait savoir début août son intention de réformer la NISA , qui était alors sous la tutelle du ministère de l'économie, des technologies et de l'industrie le METI qui menait une politique pro-nucléaire. Ainsi, la NISA mettait par le passé en avant la sécurité de toutes les centrales nucléaires que comptait l'archipel, camouflant les incidents qui auraient pu remettre en cause cette politique. La réforme envisagée consistait en fait à mettre la NISA sous la tutelle du ministère de l'environnement.

Par ailleurs Naoto Kan, instaura les bases d'une nouvelle politique énergétique: Les journaux japonais du lendemain du séisme appellent les politiques du pays à coordonner leurs efforts pour faire face aux conséquences de la catastrophe [ ] , avant de pointer du doigt dès le 13 mars Naoto Kan et son équipe gouvernementale pour sa vitesse de réaction et sur sa communication autour des accidents nucléaires de Fukushima [ ].

Néanmoins, il est à noter que ces premières critiques viennent des journaux conservateurs hostiles au gouvernement [ ]. De même, l'opposition attaque le Premier ministre pour son survol de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi le 12 mars , l'accusant d'avoir alors retardé l'intervention d'une équipe de secours sur le site [ ].

Lors de la première partie des élections locales unifiées tenue le 10 avril , le PDJ connaît un nouveau revers électoral. De même, le PDJ , s'il gagne à Sapporo , perd la mairie de Hiroshima et subit des reculs nets dans les Assemblées préfectorales ou municipales qui étaient alors renouvelées [ ]. Cette déclaration est démentie par Kan, et l'intéressé doit finalement se rétracter en déclarant avoir mal retransmis les paroles du Premier ministre.

De plus, après plus d'un mois d'une stratégie de non agression adoptée par le PLD à l'égard du gouvernement , Tanigaki recommence à demander la démission de Kan du poste de Premier ministre à partir du 14 mars [ ]. Néanmoins, le jour du vote, le 2 juin , la motion est très largement rejetée, par voix pour, contre et 34 non votants. Naoto Kan, pour écarter le risque d'une fronde plus importante, a du promettre avant que la motion ne soit soumise aux suffrages que: Il donne plus de détails le 27 juin suivant sur les conditions de son départ, devant se faire après l'adoption de trois textes jugés importants: Le gouvernement et le parti au pouvoir ont été gravement mis à mal à la suite du scandale des faxes: Cependant, l'agence de presse Kyodo News put obtenir une quantité importante de faxes envoyés par TEPCO au gouvernement où toutes les informations étaient détaillées, expliquées, la situation à la centrale donnée avec précision et les projets de TEPCO concernant la centrale toujours communiqués en détail.

Le gouvernement fut dès lors accusé de mentir et de se décharger de ses responsabilités. Le 26 août , Naoto Kan, après un an et deux mois à la tête du gouvernement et du PDJ , annonce lors d'une conférence de presse organisée au Kantei qu'il quitte ses fonctions de président du parti majoritaire et par conséquent de Premier ministre. Il respecte ainsi sa promesse de quitter le pouvoir après l'adoption le jour même par la Chambre des conseillers des lois pour l'émission d'obligations pour l'année fiscale et sur les énergies renouvelables.

Il exprime par ailleurs sa gratitude envers les membres de son parti. Kan était sous pression de la part de l'opposition et au sein même de sa propre majorité en raison de sa gestion très critiquée de l'après-tsunami de mars [ ]. Trois jours plus tard, c'est son ministre des Finances, Yoshihiko Noda , qui est élu président du PDJ et, le lendemain, pour lui succéder au Kantei.

La passation de pouvoir devant l' empereur a officiellement lieu le 2 septembre Au pouvoir, il a fait face à une crise entre le Japon et la Chine autour des ilots contestés appelés Senkaku et surtout à la triple catastrophe de mars séisme, tsunami et accident de Fukushima.

En matière de politique militaire, il a modifié le déploiement des Forces d'autodéfense , qui jusque-là répondait encore à une logique de Guerre froide face à l' URSS , afin de les préparer à toute menace venant de la Corée du Nord ou de la Chine.

Il s'est attaché avec son ministre des Affaires étrangères Seiji Maehara à améliorer les relations nippo-américaines mises à mal à l'époque de son prédécesseur, Yukio Hatoyama , et à se rapprocher de la Corée du Sud. Il a mis en place l'accord de libre-échange avec l' Inde qui sur le long terme doit permettre au Japon de prendre pied sur le marché indien, jeté les bases de celui avec l' Union européenne et a annoncé l'intérêt du Japon pour une participation au TPP Trans-Pacific Partnership , un accord d'ouverture des marchés avec plusieurs pays démocratiques autour du Pacifique comme les États-Unis ou l' Australie.

En matière de politique intérieure, il a jeté les bases d'une importante réforme agricole en prévision d'une potentielle ouverture du marché japonais à des produits étrangers , redéfini la politique énergétique du Japon passant par une libéralisation du réseau, la sortie progressive du nucléaire, le gel de toute construction de nouvelles centrales, la réforme de la NISA ou encore la promotion des énergies renouvelables et préparé une réforme fiscale avec surtout une augmentation progressive de la taxe sur la consommation et de la sécurité sociale.

Autant de dossier qu'il laisse à son successeur faute de temps en raison de la pression des forces d'opposition contrôlant la Chambre des conseillers et de membres de son parti. Il a dû de plus revenir sur certaines promesses électorales faites par son camp en , favorisant avec son ministre des Finances Yoshihiko Noda la stabilisation des comptes publics et la lutte contre la déflation causée par une tendance à la hausse du yen par rapport au dollar.

Il déclare à ce sujet: Il attaque également vivement TEPCO , accusant la compagnie d'avoir envisagé d'abandonner la centrale au plus fort de la crise et lui reprochant d'avoir mal communiqué avec les services du gouvernement [ ]. Après la dissolution de la Chambre des représentants du 16 novembre et l'organisation d' élections législatives anticipées le 16 décembre suivant, Naoto Kan fait campagne essentiellement seul et met en avant notamment sa position en faveur d'une sortie totale du nucléaire, allant sur ce point plus loin que le programme officiel du parti.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. World Bank Publications , , note , p. Foreign Press Center , p. Will a New Party Eventually Emerge? Japanese political leadership through the generations , éd. Mesure les variations des prix de vente des biens et services utilisés par les producteurs de la zone euro. Comme les producteurs tendent à répercuter la hausse des coûts sur les consommateurs sous la forme d'augmentations des prix au détail, l'IPP est un indicateur précoce de l'inflation.

Un IPP plus élevé, surtout en combinaison avec des chiffres élevés pour d'autres mesures de l'inflation, incitera d'autant plus la Banque centrale européenne à relever les taux d'intérêt. Un IPP faible ou en baisse indique une baisse des prix et peut suggérer un ralentissement économique.

La valeur de l'indice est exprimée sous la forme d'un pourcentage de variation mensuel glissant ou annualisé. L'IPP de la zone euro exclut l'industrie de la construction parce qu'elle est vulnérable à une variabilité saisonnière des prix qui peut entraîner une distorsion des résultats de l'indice. Cet indice composite repose sur les enquêtes sur les ventes, les nouvelles commandes, l'emploi, les stocks et les livraisons. Il est compilé par American International Group.

L'indice AiG de performance des services exclut les secteurs manufacturiers industriels, qui tendent à être instables et saisonniers, de manière à donner une image claire du secteur australien des services, qui représente la plus grande part du PIB australien. L'indice observé utilise une base de référence de 50, les valeurs supérieures à 50 indiquant une croissance tandis que les valeurs inférieures à 50 représentent une contraction du secteur des services.

Mesure la variation mensuelle des prix des dix-sept principaux produits de base exportés par la Nouvelle Zélande. Étant donné que les exportations constituent le moteur de l'économie néo-zélandaise, les variations de leurs prix peuvent affecter le PIB et les taux de change. Une augmentation des prix à l'exportation peut suggérer un renforcement du dollar, les étrangers payant les exportations néo-zélandaises relativement plus cher. À l'inverse, la baisse des prix à l'exportation peut indiquer une baisse de la demande de produits de base néo-zélandais ou un affaiblissement du taux de change.

La valeur de référence est le pourcentage de variation de l'indice par rapport au mois précédent. Comme ce chiffre mesure les variations de prix des produits de base, il constitue un indicateur précoce des variations de prix. De ce fait, il est utile pour prédire l'orientation future des prix.

Le nombre de permis de construire accordés au niveau national pendant le mois Une forte croissance des nouvelles autorisations et des permis indique que le marché du logement est en expansion. Un marché du logement dynamique tend également à devancer l'accroissement des dépenses de consommation.

Le chiffre publié représente la variation en pourcentage corrigé des variations saisonnières des nouveaux permis de construire par rapport au mois précédent. EUR - Ventes au détail dans la zone Euro annuel glissant. La valeur totale des biens et services vendus chaque mois dans les magasins de détail. Le chiffre publié correspond à la variation, en pourcentage, des ventes au détail. Évalue le niveau de la demande de prêts immobiliers aux États-Unis.

Le chiffre publié est la variation hebdomadaire en pourcentage des demandes de prêts immobiliers MBA. USD - Commandes à l'industrie hors transport. La valeur des commandes passées pour des biens à durée de vie relativement longue. Les Biens durables ont une durée de vie prévue supérieure à trois ans. Ces produits nécessitent souvent des investissements importants et reflètent généralement un optimisme de la part de l'acheteur, convaincu que sa dépense mérite d'être engagée.

Comme les commandes de biens influencent largement la production réelle, ce chiffre constitue une excellente prévision de la production américaine à venir. Les Biens durables sont généralement sensibles aux fluctuations de l'économie. Lorsque les consommateurs commencent à s'inquiéter au sujet de la situation économique, les ventes de bien durables figurent parmi les premiers postes affectés, car les consommateurs peuvent différer les achats de biens durables, comme les véhicules et les télévisions, et se limiter à des dépenses nécessaires en période de difficulté économique.

À l'inverse, lorsque la confiance des consommateurs est restaurée, les commandes de biens durables reprennent rapidement. La valeur observée est exprimée sous la forme d'un pourcentage de variation par rapport aux mois précédents. Le chiffre observé est exprimé en terme de variation en pourcentage par rapport aux mois précédents. Le chiffre de Commandes de biens durables est également affiché hors dépenses de transport.

Les commandes d'articles tels que véhicules ou avions civils sont relativement onéreuses et fluctuent singulièrement, ce qui a un effet de distorsion sur le chiffre des Commandes de biens durables. Ces biens sont exclus de manière à fournir une meilleure mesure des commandes de biens durables. Mesure le nombre de sociétés ayant déposé leur bilan au cours du mois passé, avec un passif de plus de 10 millions de yens. JPY - Rémunérations du travail annuel glissant.

Le montant moyen des revenus avant imposition par employé permanent, y compris les heures supplémentaires et les bonus. Dans la mesure où la croissance des rémunérations permet de stimuler une consommation accrue, il ont tendance à entraîner une recrudescence de l'inflation. Mesure la variation totale des commandes passées auprès des fabricants nationaux.

Le chiffre donne une indication de la robustesse de la demande de produits industriels allemands. Les commandes aux usines constituent un indicateur précoce du niveau global des dépenses de l'économie, lesquelles stimulent la croissance économique.

Bien que l'augmentation des Commandes aux usines allemandes ne constitue pas à elle seule un facteur suffisamment important pour influencer la valeur de l'euro de manière substantielle, la croissance des commandes peut imposer une pression à la hausse sur l'euro si l'augmentation des commandes repose sur une demande l'étrangère accrue.

L'indice des Commandes aux usines allemandes est ajusté en fonction des variations saisonnières. La valeur observée est exprimée sous la forme d'un pourcentage de variation de l'indice. L' indice des prix à la consommation IPC mesure les variations du coût de la vie en mesurant les variations des prix d'articles de consommation courante.

L'IPC est le chiffre de l'inflation globale qui indique la force des pressions inflationnistes domestiques. L'IPC est la mesure la plus commune de l'évolution du pouvoir d'achat. Le rapport suit les variations du prix d'un panier de biens et de services qu'un ménage typique pourrait acheter. Une augmentation de l'indice signifie qu'il faut plus d'argent pour acheter ce même panier d'articles de consommation de base. La variation nette du nombre de personnes employées au Canada.

L'augmentation de l'emploi s'accompagne généralement de niveaux de consommation et de dépenses plus élevés. Dans le même temps, l'augmentation de l'emploi, de la consommation et des dépenses peuvent entraîner des pressions inflationnistes accrues qui incitent les banques centrales à resserrer leur politique monétaire. Si la Banque du Canada augmentait les taux d'intérêt, cela exercerait une pression à la hausse sur le dollar canadien. Comme il s'agit du principal rapport sur l'emploi au Canada, il a tendance à avoir un impact significatif sur le marché.

Le chiffre principal est la variation de l'emploi en milliers. La différence entre les importations et les exportations de biens. Le Commerce de marchandises diffère de la Balance commerciale en ceci qu'il ne comprend pas les intangibles tels que les services, mais uniquement les biens physiques. Comme l'exportation de produits tangibles comme le pétrole, l'or et les produits manufacturiers contribue de façon importante au PIB canadien, les données sur le commerce peuvent fournir des indications précieuses sur l'évolution de l'économie et des taux de change.

Un solde négatif du Commerce international de marchandises déficit indique que les importations de marchandises sont supérieures aux exportations. Lorsque les exportations sont supérieures aux importations, le Canada enregistre un excédent commercial.

Un excédent commercial indique que le Canada reçoit des fonds en échange des produits exportés. Comme ces produits exportés sont généralement achetés en dollars canadiens, les excédents commerciaux reflètent généralement un flux financier vers le Canada, ce qui peut entraîner une appréciation naturelle du dollar canadien, à moins qu'il ne soit compensé par des flux de capitaux sortants dans des volumes comparables la valeur Opérations canadiennes sur titres internationales suit ces flux de capitaux.

Au minimum, les excédents stimuleront la valeur de la monnaie. Un certain nombre de facteurs concourent à réduire l'impact du Commerce de marchandises canadien sur le marché. Le rapport n'est pas très ponctuel, puisqu'il est publié environ trois mois après le trimestre concerné. Les évolutions de multiples composantes du chiffre sont en général largement prévues.

Enfin, comme le rapport reflète des données portant sur un trimestre particulier, il est normal que toute évolution substantielle du Commerce de marchandises ait déjà été ressentie au cours du trimestre et non lors de la publication des chiffres.