Krebs 1899


Overall 2 food 5 service 1 ambience 5. Le bruit cesse, on se retire: Perrier Jouet, Fleur de Champagne Brut

Texte complet


Mon patron Mon chien Mon voisin … Vous noterez ma grande délicatesse: On a pu lire ça récemment Aidez la police nationale dans son acti A mon humble avis, les autorités se sont dégonflées.

Ca ne veut pas dire que corbeau. Pourquoi, tu veux "dire" de qui? Dans une République comme la nôtre, le mot "valeur" deviendrait une serpillière une wassingue chez Syntax et un torchon chez les Belges. Tiens, un autre plagiaire de La Fontaine, et en couleurs, sur cette page On en sourit, tant mieux. Mais notre histoire, dans ses périodes sombres, nous apprend que bien avant internet la dénonciation par lettre anonyme était un sport pratiqué par certains.

Bienvenue, et merci pour cet éclairage nouveau. Je crains que nous ne soyons plus très nombreux sur le site à cette heure. Mais ton texte restera dans les annales.

Ne vous fiez plus à ma glotte, Pour crier à bas la calotte. Me voici réduit à néant, Chantait un pauvre mécréant. Enfants, voici des boeufs qui passent, Cachez vos rouges tabliers. Bonne journée de Noël à toutes et tous en espérant que vous trouverez des joujoux par milliers au pied de vos sapins Le vigneron Refrain Le vigneron monte à sa vigne Où es tu, vigneron?

Le Renard est encore beau. Le corbeau croasse, la grenouille coasse et le serbo croate Le Renard est encore beau Ou alors, un mec mate une jolie nana à la plage: Plus moyen de remettre la main dessus. François Fillon est devenu, il y a peu, le corps beau de Moncorbier La pluye nous a débuez et lavez, Et le soleil desséchez et noirciz: Pies, corbeaulx nous ont les yeulx cavez Et arraché la barbe et les sourciz. Ne soyez donc de nostre confrarie; Mais priez Dieu que tous nous vueille absouldre!

La Ballade des Pendus. Le sol trempé se gerce aux froidures premières, La neige blanche essaime au loin ses duvets blancs, Et met, au bord des toits et des chaumes branlants, Des coussinets de laine irisés de lumières. Émile Verhaeren, En hiver. Baudet le matin, corbeau le soir telle est la devise des gens coquets!

Puisque je suis bon, à Gavroche, mais quel est le rapport avec le corbeau? Le Père Noël existe-t-il? Vu que le père Noêl existe comment il pourrait en être autrement? Finalement le père Noel, il survend un peu son boulot. Des cadeaux à la tonne: La hotte du Père Noël grossit vite et atteint 1 mètres cube de jouets, soit tonnes.

Il a quand même intérêt à avoir les épaules en béton le petit gars. Un renne plutot sportif et bien dans ses baskets mesure environ 2 mètres de long. Donc en imaginant un attelage où les rennes sont attachés 2 par 2, ça fait tout de même un attelage de plus de kilomètres de long et qui pose un problème physique: Un tournée à vitesse grand V: Une mort assurée par le grignotage: Si après ça, vous croyez encore au père Noël, et bien vous avez bien raison: Lien retrouvé à cette page.

Un grand merci à Saharaa qui bien sûr remporte les 12 ngultrums! Ben, donne la réponse, ça dure trop longtemps Retourne voir la Super, Marceeel tournée générale! Jean Alexis Moncorgé dit Jean Gabin Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux dans la plaine , par exemple à cette page. Vous avez gagné toute ma considération au Bar du Phare où vous pouvez venir me retrouver. Non mais, tu me prends pour un con? Il ne fait pas bon être autre au pays de Touvier et Papon. Les croissants - et seulement les croissants Certains d'ici ont déjà réclamé - en vain!

Donc ce sera "croissants beurre et pis c'est tout! Ces corbeaux qui scient, rognent, tranchent La saine et bonne vieille branche De la croix où ils sont perchés. Force 4 dans les bénitiers! Bien que tout le monde sache que leur nom venait de la marque de leurs Hirondelles , les flics à vélo pouvaient aussi faire penser à des corbeaux par leur pèlerine Voilà qui nous emmène à Georges qui souffrit de coliques néphrétiques toute sa vie et un soir de crise avant un tour de chant, il attendait l'ambulance assis sur des escaliers lorsqu'un flic le recouvrit de sa pèlerine.

On est en plein hiver et si vous vous geliez! Ca n' fait rien, il y'a des flics bien singuliers[ Lui, le pourfendeur de pandores en fut tout ému et il écrivit cette chanson "croissants et ketchup". C'est gentil à vous de le reconnaître. Ces oiseaux peuvent se montrer utiles. Le prophète Elie, pourchassé, choisit de se réfugier dans le désert le plus aride, ayant reçu la promesse de l'Eternel qu'il serait ravitaillé par les corbeaux. Ils n'envoient pas seulement des lettres anonymes, mais portent aussi les colis.

C'est la mieux renseignée, surtout quand elle a trois yeux, comme celle de Game of Thrones. Aujourd'hui,vous avez droit à un jeu À quoi ça sert de te dire les choses, je me le demande! Oh, là là cette méfiance! Tu sais, tu as tort, tu devrais me faire confiance plus souvent… - Cette confiance a régné pendant longtemps, mais dernièrement, je le trouve comme Le corbeau joue bien au billard, Le corbillard est encore beau. Le corbeau baye aux corneilles, Je mange un corneille de frites. Je n'en ai que 13 en première lecture, mais je suis exténué par la confection de mon très zouli pouème.

Pas loin de chez moi des gens ont dit au Maire qu'ils en avaient marre d'une grosse tribu de corbeaux qui avaient colonisé un bosquet d'arbres à côté de chez eux et étaient gênants avec leurs cris incessants. Le maire a fait venir des chasseurs et tout à été réglé très vite avec quelques coups de fusils. Merci à la croissantière!

Tu m'as donné envie, j"suis été m'en chercher deux. Mais lors de l'enquête qui suivit la découverte d'un trognon d'Api, c'est lui qui envoya à Dieu la première des lettres anonymes. D'où la condamnation du serpent, à avoir les pattes coupées, d'Eve à quitter le Paradis, et de l'homme à devoir supporter la femme jusqu'à sa mort. Mais le corbeau ne fut pas difficile à trouver, vu que, voulant tremper sa plume dans l'encre noire une encre de seiche qui ne l'était pas , il était tombé dans l'encrier.

Et Dieu décida de c'était bien fait pour son bec, et refusa d'inventer le savon de Marseille! En acte 2 scène 3, il accuse Cain de s'être fait l'Abel, mais là, c'était plus facile!

Tu m'as donné envie, j Bin pas moi, pas l'courage de décoller de ma tasse de kawa!!! On l'attribue donc à Nonyme en attendant de le démasquer. Et puis on attend qu'un autre corbeau dénonce le corbeau. Si farauds du terroir On leur un peu marchait Sur leurs vastes panards En allant au marché Les garçons de café Nous servent peu aimables Ils n'ont pas de respect Pour la terre labourable La journée est finie On rentre par le car La boue toujours jaillit Pressée par les chauffards Voici notre village Voici notre maison Il pleut, il pleut, bergère Rentre tes bleus moutons.

Au pied des tours de Notre-Dame, La Seine coule entre les quais. Qui n'a pas son petit bouquet? Mais c'était toi que j'évoquais Sur le parvis de Notre-Dame ; N'y reviendras-tu donc jamais? Voici le joli moi de mai Je me souviens du bel été, Des bateaux-mouches sur le fleuve Et de nos nuits de la Cité. Elle chemine à mon côté De ma chambre du Quai aux Fleurs, Je vois s'en aller, sous leurs bâches, Les chalands aux vives couleurs Tandis qu'un petit remorqueur Halète, tire, peine et crache En remontant, à contre-coeur, L'eau saumâtre de ma douleur A sept heures, c'est réglo, Papa part en cyclo.

Il travaille en usine Dans la banlieue voisine. A huit heures moins le quart, Maman prend l'autocar: Pour traverser la ville, C'est plus facile. Moi, pour aller à l'école, J'ai mon vélo rouillé, Avec lequel je fais la folle Dans les rues embouteillées Et le soir, tous les trois, Heureux comme des rois Dans notre H. Aux portes des villes Arrivent la nuit Des chevaux tout blancs Ils suivent les rues Les places les squares Et tout doucement Secouent leur crinière Quand ils s'en retournent Au matin sans bruit Tout est blanc de neige.

Qui aura assez d'argent pour m'offrir un poème vrai contre la misère? Un poème qui fonctionne dans la réalité des cités. Même à midi, même à Noël. Un poème à retourner dans le sourire du poète si l'on n'est pas satisfait. Un poème droit, définitif que les lois devraient respecter. Avec un banc bleu au milieu de frais repeint jamais brisé.

On y parlerait ensemble de ce qu'on ne connaît pas de l'autre, de soi. Presque princes jamais rois. Dans le vieux parc solitaire et glacé Deux formes ont tout à l'heure passé.

Leurs yeux sont morts et leurs lèvres sont molles, Et l'on entend à peine leurs paroles. Dans le vieux parc solitaire et glacé Deux spectres ont évoqué le passé. Toujours vois-tu mon âme en rêve? Qu'il était bleu, le ciel, et grand l'espoir! Tels ils marchaient dans les avoines folles, Et la nuit seule entendit leurs paroles.

Comme un arbre dans la ville Je suis né dans le béton Coincé entre deux maisons Comme un arbre dans la ville Sans abri, sans domicile Comme un arbre dans la ville J'ai grandi loin des futaies Où mes frères des forêts Ont fondé une famille Comme un arbre dans la ville Entre béton et bitume Pour pousser, je me débats Mais mes branches volent bas Si près des autos qui fument Entre béton et bitume Comme un arbre dans la ville J'ai la fumée des usines Pour prison mes racines On les recouvre de grilles Comme un arbre dans la ville.

A Neuchâtel Il y avait trois p'tits polichinelles Qui vendaient de la ficelle Petites dames de Paris Mettez vite vos souliers gris Pour aller au Paradis Dans la rue des Quatre-Chiffons La maison est en carton L'escalier est en papier Le propriétaire est en pomme de terre Le facteur y est monté II s'est cassé Le bout du nez. J'ai vu des continents Des îles lointaines De fabuleux océans Des rives incertaines, Dans le regard d'un enfant.

J'ai vu des châteaux Des jardins à la française Des bois des coteaux De blancs rochers sous la falaise, Dans le regard d'un enfant. Elles sont pleines de bruit Et de dangers aussi. Je préfère mon village, Entre champs et herbages; Les rues y sont plus sages.

Hep taxi Par ici Je veux aller à Passy! Je suis le dauphin de la place Dauphine Et la place Blanche a mauvais'mine Les camions sont pleins de lait Les balayeurs sont pleins d'balais Il est cinq heures, Paris s'éveille, Paris s'éveille Le café est dans les tasses Les cafés nettoient leurs glaces Et sur le boulevard Montparnasse La gare n'est plus qu'une carcasse Il est cinq heures, Paris s'éveille, Paris s'éveille Les banlieusards sont dans les gares.

II s'en passe des choses dans ma cité. Il n'y a qu'à regarder. Moi, un jour, j'ai dit: Je me suis assis. Les gens venaient Les gens marchaient Les gens passaient Les gens tournaient Les gens filaient Les gens glissaient Les gens dansaient Les gens parlaient Gesticulaient Les gens criaient Les gens riaient Les gens pleuraient Disparaissaient.

Il s'en passe des choses dans ma cité. II n'y a qu'à regarder. On voit de tout, on peut tout voir. Mais ce qu'on ne voit jamais dans ma cité, c'est un regard. Un regard qui vous regarde et qui s'attarde. Les gens naissaient Les gens vivaient Les gens mouraient. Et moi, je restais sur mon banc de pierre, encadré par mes deux sacs.

J'aurais dû me lever. Leur tendre la main. Le plus souvent, c'est ainsi que les choses se passent. Heureux qui dans sa ville, hôte de sa maison, Dès le matin joyeux et doré de la vie Goûte aux mêmes endroits le retour des saisons Et voit ses matinées d'un calme soir suivies. Fidèles et naïfs comme de beaux pigeons La lune et le soleil viennent sur sa demeure, Et, pareille au rosier qui s'accroît de bourgeons, Sa vie douce fleurit aux rayons de chaque heure.

Il va, nouant entre eux les surgeons du destin, Mêlant l'âpre ramure et les plus tôt venues, Et son coeur ordonné est comme son jardin Plein de nouvelles fleurs sur l'écorce chenue.

Heureux celui qui sait goûter l'ombre et l'amour, De l'ardente cité à ses coteaux fertiles, Et qui peut, dans la suite innombrable des jours, Désaltérer son rêve au fleuve de sa ville La cour de mon école Vaut bien, je crois, La cour de Picrochole, Le fameux roi: Et puis on joue aux billes Sous le préau.

Qu'on ait pris la Bastille, C'est merveilleux, Mais que le soleil brille, C'est encore mieux! Orthographe et problèmes Sont conjurés. C'est vrai qu'il pleut souvent à La Rochelle Et qu'en automne les ponts s'ennuient Dans la grisaille de l'avant-nuit Il pleut comme une ritournelle Et s'ouvrent grand les parapluies Sous les lumières de La Rochelle Les lumières d'avant la nuit.

La pluie dilue l'envers des rues Dans la profondeur de miroir Des trottoirs noirs mouillés de pluie, II pleut autant qu'il peut pleuvoir! La cathédrale tend sa grand-voile, Le vent s'engouffre dans la toile. La cathédrale devient vaisseau, Vaisseau de pierre avec trois mâts. Les eaux l'entraînent vers le large Sous les étoiles qu'on ne voit pas, Le large de l'océan noir. Cingle la nef droit devant! Les ponts de pierre de La Rochelle Qui s'ennuient sur leurs pilotis Rêvent à des rives sans orages Bercés par le chant de la pluie Mais oui, je suis une girafe, M'a raconté la tour Eiffel, Et si ma tête est dans le ciel, C'est pour mieux brouter les nuages, Car ils me rendent éternelle.

Mais j'ai quatre pieds bien assis Dans une courbe de la Seine. On ne s'ennuie pas à Paris: Les femmes, comme des phalènes, Les hommes, comme des fourmis, Glissent sans fin entre mes jambes. Et les plus fous, les plus ingambes Montent et descendent le long De mon cou comme des frelons La nuit, je lèche les étoiles.

Et si l'on m'aperçoit de loin, C'est que très souvent, j'en avale Une sans avoir l'air de rien. La voiture de Turelure est en mûres, confiture, confiture est en confiture de mûres. Elle n'a ni serrure, ni toiture, ni couture, la voiture, la voiture de Turelure. Je suis le chat de ton quartier On me dit abandonné.

Ne cherche pas à m'attraper Car mes griffes sont acérées. Je me promène sur les toits Qu'il fasse nuit, qu'il fasse froid. Je n'ai pas peur de tomber Car la Lune sait me guider.

Je suis le chat de ton quartier On me dit abandonné Ça ne me fait pas pleurer Car mon nom est Liberté. Ô de tous les mortels assemblage effroyable! D'inutiles douteurs éternel entretien! Philosophes trompés, qui criez: Aux cris demi-formés de leurs voix expirantes, Au spectacle effrayant de leurs cendres fumantes, Direz-vous: Direz-vous, en voyant cet amas de victimes: Quel crime, quelle faute ont commis ces enfants Sur le sein maternel écrasés et sanglants?

Lisbonne, qui n'est plus, eut-elle plus de vices Que Londres, que Paris, plongés dans les délices? Tranquilles spectateurs, intrépides esprits, De vos frères mourants contemplant les naufrages, Vous recherchez en paix les causes des orages: Mais du sort ennemi quand vous sentez les coups, Devenus plus humains, vous pleurez comme nous.

Croyez-moi, quand la terre entrouvre ses abîmes, Ma plainte est innocente et mes cris légitimes. C'est un endroit que l'on aime beaucoup La nuit s'y attarde; on y trouve de tout: Vieux livres, souvenirs, chapeaux à claque Et des rats sortant de leur trou. On a peur; il fait noir; le plancher craque C'est bon d'être là, sous les tuiles, Seul et tranquille, Pour avoir peur et pour penser.

La lucarne est garnie de vitres bien ternes Avec des toiles d'araignées. On l'ouvre sur la campagne moderne, Quand on ne veut plus vivre avec le passé.

Suspendu comme une araignée Au bout de son fil argenté Le faveur de carreaux descend Du haut de la tour. En passant, Il dit bonjour aux habitants: Tacatacatac Qu'est-ce qui attaque? Tacatacatan Quel est ce boucan? Tacatacatin Qu'est-ce que ce potin? Tacatacatam Quel est ce ramdam? Un marteau-piqueur Sur le macadam. Il voudrait s'en aller avec les hirondelles au pays des forêts. Les oiseaux envolés par-dessus les nuages, le square est prisonnier des arceaux de sa cage et rêve des forêts. Frêles arbres plantés, Un jour, grandiront -ils?

Première bataille de Champagne, février Devant soudain l'orage, une armée accourue Puis une autre est entrée L'écho s'éveille et gronde aux lointains horizons Hurlez canons.

Voici le régiment, c'est la cavalerie On charge, on s'échauffe, et l'on crie Puis tout à coups dans l'air éclatent les clairons Hurlez canons, hurlez canons! Sous les balles de plomb, plus d'un homme succombe Et meurt, et la boue est sa tombe Et ce martyr est mort sans qu'on sache son nom Hurlez canons, hurlez canons! La guerre est monstrueuse, et lâche barbarie Elle prend ses fils en batterie Pour assouvir l'orgueil d'un grand Napoléon Hurlez canons.

Pauvre soldat couché dans la haute herbe noire Soldat, ouvrier de la gloire Sur vos os décharnés, les siècles passeront Hurlez canons, hurlez canons!

Batailles de l'Artois, 9 mai juin Le Cri du Poilu. Les troupes allemandes sont commandées par le Prince héritier. Elle est toujours debout, l'héroïque cité. Opposant aux Germains, le mur infranchissable,.

Des poitrines de nos preux, elle a résisté,. Sous un bombardement infernal, intenable. Prodige de vaillance elle a improvisé,.

Sous le feu des teutons, des travaux de campagne,. Il fallait se blottir. Dans les trous des obus, et la faim pour compagne,. Nuit et jour, stoïque, sans ravitaillement,. Soutenir de l'airain, la plus grande avalanche,.

Que l'on ait jamais vue! Miracle d'héroïsme et superbe revanche,. De Verdun martyre, mais tenant sous son feu,. Les régiments entiers, qu'un César en furie.

Ce démon commandant l'infâme boucherie. Excitait ses hordes, à se ruer sur nous! Mille monstres d'airain, semaient les hécatombes,. Cet horrible charnier, rendait les vivants fous! Un tumulte d'enfer tirait les morts des tombes! Si Verdun, la martyre, a souffert et pleuré,. Elle n'a pas fléchi,sous la tragique épreuve. Elle a vengé le Droit, l'Honneur, la Liberté,. De sa vallée ombreuse et pleine de sanglots,. Une voix a jailli, du fond de la fournaise. Et cette jeune voix, promet des renouveaux.

Écoute-là Kaiser, c'est notre Marseillaise. On ne passe pas, Un aigle noir a plané sur la ville,. Il a juré d'être victorieux. De tous côtés, les corbeaux se faufilent Dans les sillons, dans les chemins creux, Mais tout à coup, le coq gaulois claironne: Cocorico, debout petits soldats, Le soleil luit partout, le canon tonne, Jeunes héros, voici le grand combat.

On ne passe pas. Plus de morgue, plus d'arrogance, Fuyez, barbares et laquais, C'est ici la porte de la France Et vous ne passerez jamais. Les ennemis s'avancent avec rage Énorme flot d'un vivant océan Semant la mort partout sur son passage Ivres de bruit, de carnage et de sang, Ils vont passer Mais nos enfants, dans un élan sublime Se sont dressés, et bientôt l'aigle noir La rage au coeur impuissant en son crime, Vit disparaître son suprême espoir, Les vils corbeaux devant l'âme française Tombent sanglants, c'est le dernier combat.

Pendant que nous chantons La Marseillaise, Les assassins fuient devant les soldats. Fiers soldats de Verdun, c'est l'angélus qui sonne. Ouvrez vos coeurs, tous vos espoirs Vous verrez fuir les aigles noirs Et d'immortels lauriers, votre front se couronnent C'est l'angélus, c'est l'angélus qui sonne. D'un coteau de Verdun, l'aube blanchit le faîte Debout soldats français!

Une cloche ignorant la peur et la défaite Prélude à son succès Il la brandit, un jeune camarade Qui parmi vous a fait le coup de feu Et dédaignant l'atroce canonnade A votre secours appelle son Dieu. Fiers soldats de Verdun, c'est l'angélus qui sonne Ouvrez vos coeurs, tous vos espoirs Vous verrez fuir les aigles noirs Et d'immortels lauriers, votre front se couronnent C'est l'angélus, c'est l'angélus qui sonne.

Reprises le 24 Octobre du fort de Douaumont, 2 Novembre du fort de Vaux. Coq d'Or, du clocher de Calais Que vois-tu là-bas dans les Flandres?

Je vois tout un pays en cendres La reine et le roi s'envoler Coq d'Or, du clocher amiénois Que vois-tu qui te désespère? Je vois des hordes inhumaines Ramper à travers nos moissons Coq d'Or, du clocher de Senlis Vois-tu Reims et sa basilique?

Je vois une ruée affreuse Qui se déclenche à vingt contre un Coq d'Or, du clocher de Vitry Que vois-tu là-bas dans l'Argonne? Je vois venir la délivrance Qui s'avance au son du tambour Coqs d'Or, prenez vite l'essor Qu'attendez-vous là dans l'espace?

L'heure proche où l'aigle rapace Épuisé, s'offrira demi-mort Aux ergots des Coqs d'Or. Bataille de la Somme, Anglais Rawlonson et Français Fayolle sont sur un front de 30 kilomètres. Les Héros de Craonne. Chanson de Craonne, Les troupes franco-anglaises attaquent sur la Somme, la résistance allemande faiblit, des unités entières se rendent. Entrée en guerre des Etats-Unis, Partant pour la guerre. C'est mal parti pour les boches Guillaume II est foutu.

Il était un aigle puissant. Qui faisait des rêves de sang Et qui voulait tenir le monde Entre ses deux griffes immondes Il roulait vers le coq gaulois Ses gros yeux fourbes et sournois Et l'entourait, diplomatique, D'ambassadeurs trop pacifiques Mais le jour où l'on a compris Qu'il fallait prendre le fusil Cocorico! Le coq a chanté Notre Marseillaise immortelle Et quand il a battu des ailes Au soleil de la liberté L'aigle a compris dans un long sursaut Que devant ses vaines menaces Le coq lançait vibrant d'audace Son appel à tous les échos Debout les gars!

Le coq a chanté Notre Marseillaise immortelle Et quand il a battu des ailes Au soleil de la liberté, L'aigle a compris qu'un mot, rien qu'un mot Lancé sur notre territoire Suffit pour que, couvert de gloire, Tout soldat devienne un héros Hardi les gars! Désormais l'aigle est dépouillé Et le sol qu'il avait souillé Porte la fière cicatrice De tout l'immense sacrifice Ce n'est pas pour rien que des gars Sont tombés bravement là-bas Leur sang fait que dans tout le monde La terre est déjà plus féconde Pour saluer cet avenir Et tous ceux qui surent mourir Cocorico!

Le coq a chanté Notre Marseillaise immortelle Et quand il a battu des ailes Au soleil de la liberté L'aigle a compris que ce coq plus beau Et toujours plus grand que la veille Sait faire encore mille merveilles Quand il lance à tous les échos Cocorico! Quand les Gothas viennent sur Paris. L'armistice, 11 Novembre Gloire à nos libérateurs. Ils ont rendu l'Alsace et la Lorraine, Quand le bien aimé trésaille d'aise.